Accueil Actualités Mali : l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta de retour à Bamako

Mali : l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta de retour à Bamako

L’ancien président malien Ibrahim Boubacar Keïta, renversé mi-août par un coup d’État militaire, est rentré mercredi soir à Bamako après un séjour médical aux Émirats arabes unis. Ses partisans étaient là pour l’accueillir, relate RFI.

Le cortège arrive au domicile privé de l’ancien président Ibrahim Boubakar Keïta. Les véhicules entrent… On ne verra pas l’ex-chef de l’État en personne, mais dehors, ses partisans se réjouissent. « Je suis très très contente ! », s’exclame une dame qui attendait là depuis une heure.

Le dispositif de sécurité de la maison de l’ancien président est renforcé. Un jeune commerçant lui souhaite aussi la bienvenue : « Je lui souhaite la bienvenue, une meilleure santé, la guérison (…) qu’il reste dans son pays, comme un chef de famille…»

Arrêté par les militaires le 18 août,le président Keïta, 75 ans, avait démissionné quelques heures plus tard. Détenu par la junte pendant plus de deux semaines, il a été autorisé à quitter le Mali le 5 septembre pour recevoir des soins aux Émirats arabes unis.

Son départ à l’étranger pour des soins avait été décidé après une chute due, selon ses médecins, à un court accident vasculaire cérébral (AVC).IBK, un homme fini sur le plan politique ?

L’ancien président est revenu plutôt en bonne santé après les soins reçus aussi ne faut-il peut-être pas sur le plan politique le conjuguer tout de suite au passé. Un de ses soutiens venu l’accueillir, nous montre des photos collées à un calicot : « Ce sont ma mère et mes enfants, on soutient tous IBK ! ».

Au moment où les débuts du président de la transition Bah N’Daw sont plutôt laborieux, les prochains faits et gestes d’Ibrahim Boubacar Keïta seront observés à la loupe.

Assane SEYE-Senegal7

2 Commentaires

  1. Le président Keïta devrait répondre de ses exactions y compris sur les différentes formes de corruptions qu’il avait fait endurer sut tout un peuple . Et devant les officiers militaires mais aussi à la vindicte populaire pour montrer à tout le monde que la présidentielle se mérite et donne l’exemple à tout nouveau président en exercice qui veut briguer la haute magistrature. Et cela devrait être la règle général après chaque coup d’État militaire . Car il faut responsabiliser les candidats à la présidence et de savoir qu’il existe enfin une institution militaire qui contrôle le pouvoir en place et donc un coup d’État militaire peut en cacher un autre jusqu’à un degré élevé de responsabilité . Autrefois un général irakien Kassem ,en 1958, après avoir renversé son roi, il avait établi une formule connue jusqu’aujourd’hui à savoir’’ d’où avez vous accumulé toute cette somme d’argent en million de dollars ?! ‘’ Le président Keïta devrait passer par cette justice qui doit englober une autre question pourquoi avez-vous installé un système de délation dit ‘’bergague’’ au point que tous les jeunes et moins jeunes préfèrent faire du mal à l’autre car situation de chômage oblige! Et que le président Keïta n’avait pas cherché à créer des usines, des entreprises, des services afin que le travail puisse couvrir toutes les classes de la société alors que les membres de l’État profond du président Keïta s’engorgent et ne manquent de rien pour faire couler des jours douces… ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici