Accueil Actualités Mali : «Quand la case de ton voisin brûle, il faut l’aider...

Mali : «Quand la case de ton voisin brûle, il faut l’aider à éteindre le feu…»

case

Ce proverbe africain revêt un caractère sacré dans le contexte actuel où le Mali a connu un coup d’état qui aura mis fin aux fonctions du Chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keita. Accusé de népotisme et de gestion  partisane du pouvoir, la junte militaire a pris la responsabilité historique de sauver le Mali. Mais le rôle joué par la Cedeao est plus qu’énigmatique car au lieu de voler au secours de ce pays en détresse, elle  fait fi de ce vieux dicton africain qui dit que quand la case du voisin brûle, il faut l’aider à éteindre le feu de peur qu’il ne se propage à ta propre case».

La communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest est plus un instrument au service de la communauté internationale qu’au service des africains.

La Cedeao  a établi par le traité de Lagos  signé le 28 Mai 1975 par quinze pays de l’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Le Cap-Vert a rejoint la Communauté en 1976 mais la Mauritanie a décidé de la quitter en 2000.Son objectif principal est de « promouvoir la coopération et l’intégration dans la perspective d’une Union économique de l’Afrique de l’Ouest en vue d’élever le niveau de vie de ses peuples, de maintenir et d’accroître la stabilité économique, de renforcer les relations entre les Etats Membres et de contribuer au progrès et au développement du continent africain ».

Si les objectifs initiaux étaient essentiellement économiques, la Communauté a par la suite pris en charge les questions politiques.  Ainsi, en 1990, il a été mis sur pied une force de maintien de la paix (ECOMOG) suite aux différents conflits survenus dans la région.

Mais le constat reste amère car la Cedeao est non seulement à la solde de l’hexagone, mais qu’elle n’a point les moyens de sa politique. Alors que le Mali se débat dans un coup d’état à l’origine de la démission du président Ibrahim Boubacar Keita, la Cedeao n’a trouvé rien de mieux à faire que de lui infliger de lourdes sanctions.

Quand la case de ton voisin brûle, il vaut mieux l’aider  à éteindre le feu de peur qu’il ne se propage à ta propre case. Malheureusement, même après les indépendances, l’Afrique reste toujours sous  le  joug du néo-colonialisme .Et les agissements de la Cedeao face au Mali en est un exemple patent.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici