Procréation : immersion dans l’enfer des femmes nées sans utérus

De l’annonce du diagnostic, jusqu’à l’acceptation de ne pas pouvoir enfanter, le syndrome de Rokitansky a fait basculer la vie de plusieurs jeunes femmes. Encore appelé MRKH, le Rokitansky est une malformation utéro-vaginale qui touche une femme sur 4.500 à travers le monde. Au Sénégal, seule une femme sur 10 000 est touché par ce mal. Le quotidien l’observateur a fait une immersion dans la vie de deux ces femmes nées sans utérus.

Astou n’a pas d’utérus pour…

Rien dans son physique ne trahit son secret. Mais, la jeune fille de 20 ans traine une affection médicale. Elle croquait la vie à pleines dents jusqu’à ce qu’elle découvre, il y a 8 ans, que ses chances de se marier sont compromises. Non pas parce qu’elle ne sera pas une bonne épouse, mais parce qu’elle ne peut avoir d’enfant biologiquement. Pourtant, quasiment tous les signes de féminité étaient présents en elle, sauf les menstrues.

Intriguée par cette absence, sa maman se décide à consulter un gynécologue afin d’en connaitre les raisons. Ce dernier après consultation prescrit une échographie pelvienne, entre autres examens.

La patiente est tombée des nues, lorsque les résultats lui ont été communiqués devant sa mère. Ses ovaires et trompes sont bien visibles, mais son utérus est totalement inexistant.

Astou est atteinte du syndrome de Rokitansky.

Avec son petit utérus, sa vie conjugale est menacée

Marième une jeune femme mariée vit dans le tourment. Pour cause, elle ne peut donner un enfant à son époux. Elle a découvert qu’un organe crucial manquait à son corps après trois années de mariage. Néanmoins, ses règles n’ont jamais fait défaut. Dans sa tête, elle était normale. Comme toute les autres femmes. Elle se croyait capable de donner des chérubins à son époux. Seulement, ce désir d’être maman a vite fléchi devant le coup du destin. Ce destin qui l’a doté d’un petit utérus qui ne peut recevoir de fœtus. Une vérité qui lui a arraché toute aise dans sa vie conjugale. Marieme s’en remet à Dieu. Ce qui n’est pas le cas de son entourage conjugal. Son mari et ses proches le vivent difficilement.

Fanta DIALLO BA-senegal7