Remaniement des consciences : Le Sénégalais a-t-il la notion du temps ?

Un nouvel attelage gouvernemental vient de faire ses marques dans un Sénégal où tout est urgence. Tous les secteurs de la vie nationale sont à la traine et le vécu quotidien de nos compatriotes n’a jamais été aussi difficile. Mais au-delà de ses contingences, l’une d’elle mérite qu’on s’y arrête.la notion du temps en que telle. Le Sénégalais a-t- la notion du temps ? Ou plus précisément quelle est la perception que le sénégalais a du temps ? Quand après 10ans de magistère, le Macky promet de sortir les sénégalais de l’ornière dans les 15 mois qui suivront, la question est de se demander qu’est-ce que  la notion de temps sous nos cieux ?

Après le remaniement ministériel dont l’onde de choc est loin d’être amortie par les politiciens  de tous bords, et certains de nos compatriotes, place au remaniement des consciences en ce qui concerne la notion de temps.

En 10 ans de gouvernance ponctuée par des feuilletons judiciaires à n’en pas finir et des dérives de toutes sortes de la part des pouvoirs publics, à quelques mois de  la fin de règne du Président Macky Sall, l’on fait croire aux sénégalais,  un second fast-track qui les comblerait. Ce que l’on peut réussir en 10ans, peut-on l’obtenir en 15 mois ?

Nous estimons humblement que les sénégalais devenus trop crédules, jouent à se tromper par rapport aux délais impartis à un pouvoir pour venir à bout de certaines réformes qui puissent impacter positivement dans leur vécu quotidien.

En grande pompe et avec beaucoup de solennité, l’on nomme un Premier Ministre réputé consensuel. L’on choisit plusieurs ministres, certains partent, d’autres restent et l’on applaudit. Nous estimons que l’après-Macky est déjà acté et que les sénégalais tentent de meubler l’adversité ambiante mais en réalité, le temps perdu ne se rattrapera plus jamais.

Laissons Macky Sall terminer son mandat et organiser des élections libres et transparentes du moment que la Constitution ne lui donne point le droit de se représenter. Les Sénégalais s’en porteraient mieux car nul n’a le droit de tromper ou de bluffer le peuple pour des raisons spécifiquement politiciennes.

Ce gouvernement et sa cohorte de ministres ne pourront rien faire pour les Sénégalais. Ce qui reste du magistère de Macky Sall, c’est des recettes politico-politiciennes. Gageons seulement qu’en 2024, les caisses de l’Etat seront à mesure d’assurer la transition vers un autre Président de la République et un autre pouvoir qui pourrait se pencher sur les préoccupations fondamentales de nos compatriotes.

Si le Sénégalais croit que le temps s’écoule éperdument  et que l’on peut toujours rattraper le temps perdu, c’est vraisemblablement jouer à se tromper. Aujourd’hui, il s’agit de remanier les consciences pour bâtir le Sénégal de l’après-Macky. Point barre !

Assane SEYE-Senegal7