L'Actualité en Temps Réel

Rétro 2021 : « Kougnou violer, yaw la nekh », enflamme Aminata Badiane

0

La colère avait secoué les réseaux sociaux sénégalais après les propos polémiques de la présidente du comité Miss Sénégal, affirmant que si la lauréate 2020 de Miss Sénégal avait été violée, c’est parce qu’elle l’avait cherché. Une pétition réclamant la dissolution du comité organisateur a récolté plus de 50 000 signatures. 2021 n’a pas en effet été de tout repos pour le comité Miss Sénégal.

« Kougnou violer, yaw la nekh« , ou « si elle a été violée, c’est qu’elle l’a cherché » en français.  C’est ce qu’aviat affirmé la présidente du Comité Miss Sénégal Aminata Badiane dans une interview à Dakarbuzz TV le 18 novembre, en réponse aux déclarations de Miss Sénégal 2020, Ndèye Fatima Dione. Elle évoquait dans la presse sénégalaise des comportements déplacés au sein du comité d’organisation du concours de beauté, où elle aurait subi des violences.

Elle racontait que dans un hôtel, « l’un des invités m’a tenue par la main et a commencé à me caresser », rapporte RFI. Elle aurait aussi refusé de danser sur la table, ce à quoi Aminata Badiane a répondu « tu ne sers à rien, tu ne tiens compagnie à personne. »

La mère de Ndèye Fatima Dione avait, elle, révélé que sa fille  était tombée enceinte après avoir été violée lors d’un voyage organisé par le comité. « Nous ne connaissons pas l’auteur de cette grossesse, nous savons juste que ma fille de 20 ans a été abusée », avait-elle affirmé.

Indignation sur les réseaux sociaux 

Ces propos ont suscité l’indignation de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. Certains dénonçaient l’apologie de la culture du viol à travers ces propos, d’autres apportaient leur soutien à la jeune femme.

C’est dire que l’année 2021 a été particulièrement  mouvementée avec à la pelle des Miss qui faisaient dans le déballage de leurs dures conditions de lauréates exposées, humiliées et abandonnées à elles-mêmes.

Mais le problème c’est qu’on en parle plus. C’est comme si rien ne s’était passé d’aussi grave dans ce pays où on oublie vite les épisodes les plus troublants de la vie de nos compatriotes.

Assane SEYE-Senegal7

 

 

laissez un commentaire