Accueil Actualités Souvenirs : Mamadou Dia un bâtisseur de la REPUBLIQUE qui aimait son...

Souvenirs : Mamadou Dia un bâtisseur de la REPUBLIQUE qui aimait son pays plus que tout

L’ancien président du Conseil du Sénégal, Mamadou Dia est né le 18 juillet 1910 à Khombole à Thiès. Il  fût  l’un des principaux protagonistes de la crise politique de décembre 1962, qui l’opposa au président de la République Léopold Sédar Senghor (1960-1981). Ce qui aura écourté sa carrière politique. Le Sénégal disposait alors d’un régime bicéphale calqué sur celui de la 5e République française. Senghor était Chef de l’Etat et Dia, Président du Conseil (actuel président de l’Assemblée nationale).Leur confrontation était inévitable.

Il y a 10 ans,jour pour jour,disparaissait Mamadou Dia à Dakar. Après une divergence avec Senghor en tant que Président du Conseil(Président de l’Assemblée nationale) sur les sanctions à infliger aux députés coupables d’abus de position, un désaccord de taille précipitera leur confrontation. Mamadou Dia avait une conception Jacobine du pouvoir alors que   le Président Senghor ne pouvait rien faire en dehors de la France. Le 8 décembre 1962, le Président du Conseil, Mamadou Dia, prononce un discours sur « les politiques de développement et les diverses voies africaines du socialisme » à Dakar ; il prône le « rejet révolutionnaire des anciennes structures » et une « mutation totale qui substitue à la société coloniale et à l’économie de traite une société libre et une économie de développement ». De plus, il envisage une diversification de l’économie en voulant trouver une alternative à la domination arachidière. C’en était trop pour la puissance polarisatrice encore très influente dans les affaires intérieures du Sénégal indépendant.  M. Dia perd également le soutien maraboutique très impliqué dans l’arachide. Ce qui incite Senghor à demander à certains députés de déposer une motion de censure contre le gouvernement. Le parlementaire Théophile James la déposa. Jugeant cette motion irrecevable, Mamadou Dia tente d’empêcher son examen par l’Assemblée nationale au profit du Conseil national du parti, en faisant évacuer la Chambre le 17 décembre, arrêtant quatre députés, et empêchant l’accès par la gendarmerie. Mais il perd politiquement la partie car sa manœuvre est qualifiée de « tentative de coup d’État » et la motion est tout de même votée dans l’après-midi au domicile du président de l’Assemblée nationale, Lamine Guèye. Mamadou Dia est arrêté le lendemain avec quatre autres ministres (Valdiodio N’diaye, Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall). Ils sont traduits devant la Haute Cour de justice du Sénégal en mai 1963. Dia est condamné à la détention perpétuelle. Ses compagnons sont condamnés à 20 ans d’emprisonnement. Une peine qu’ils purgeront tous au centre spécial de détention de Kédougou. Graciés par Senghor en mars 1974, ils seront amnistiés en avril 1976.Lorsque Degaulle a voulu engager certains pays africains sur la   tutelle Française au moment où le mot indépendance était sur tous les lèvres, Mamadou Dia ne voulait rien entendre si ce n’est obtenir la souveraineté internationale  de son pays.Il meurt le 25 janvier 2009 à Dakar et repose au cimetière musulman de Yoff.