L'Actualité en Temps Réel

STRATEGIE HUB AERIEN : L’aéroport de Saint-Louis réceptionné au premier trimestre 2022

0

Dans le cadre du Programme de réhabilitation des Aéroports du Sénégal (PRAS) coïncidant avec la célébration de la journée internationale de l’aviation ; l’Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) a déployé son potentiel aéroportuaire pour accompagner l’aéroport de Saint-Louis. Pour Cheikh Diouf, DG adjoint de l’Aibd, il fallait un Hub aérien comme le sien pour hisser les aéroports régionaux aux standards internationaux.

A travers son plan stratégique 2021-2035, le Sénégal ambitionne de tirer le plein potentiel de son secteur aéroportuaire. Le Panel organisé par les autorités de l’aéroport international Blaise DIAGNE de Diass et les acteurs de la plateforme aéroportuaire dans le cadre de la célébration de la journée internationale de l’aviation civile a été l’occasion de lister les étapes franchies et les perspectives, autour du thème « l’innovation au cœur des stratégies de développement du hub aérien sénégalais ». Pour Cheikh Diouf, Directeur général adjoint de l’AIBD, pour que le Sénégal joue pleinement son rôle, il fallait inéluctablement une compagnie aérienne forte, un aéroport de dernière génération et des aéroports régionaux qui répondent aux standards.

C’est ce que les autorités ont compris à travers le plan stratégique horizon 2021-2035 validé par le Chef de l’état en mars 2021, a-t-il dit. D’après lui, cette stratégie repose sur quatre piliers. « La génération de trafics, par le renforcement du pavillon national dont le premier jalon est la construction d’un centre de maintenance, de formation aux métiers de l’aviation. Tout ceci pour contribuer à l’effort déployé par Air Senegal. D’ailleurs la première promotion a déjà démarré avec la collaboration de l’armée de l’air dont l’expertise en matière de maintenance n’est plus à démontrer », a-t-il détaillé. Poursuivant, il ajoute qu’il y a aussi « le projet d’extension de l’aérogare existant à travers un projet urgent de construction d’une jetée au sud et plus tard, un terminal qui sera entièrement dédié ».

En collaboration avec l’agence sénégalaise de promotion touristique (Aspt), dit-il, l’expérience voyageur sera plus valorisée. Il s’agit, indique M. Diouf, de la mise en œuvre de l’accueil Teranga dans toutes les plateformes aéroportuaires. « Le troisième pilier c’est l’accès à la connectivité pour la promotion de la digitalisation pour que les aéroports soient accessibles à travers toutes les interfaces possibles qu’elles soient physiques ou digitales. L’idée est d’améliorer la connectivité de l’Aibd aux aéroports régionaux. La mise en œuvre est prise en charge par le programme de reconstruction des aéroports régionaux. D’ailleurs le premier axe est mis en œuvre par une société et bientôt l’aéroport de Saint louis sera réceptionné durant le premier trimestre de 2022. Il sera suivi de celui de Ourssogui-Matam », a-t-il rappelé.

Part belle aux aéroports régionaux

Après ces deux réceptions, poursuit le Dga, la deuxième phase du projet se déploiera pour la réhabilitation de Tamba Kedougou et par la reconstruction intégrale de l’aéroport de Ziguinchor. À côté il y aura l’ouverture de l’aéroport de Cap Skirring fermé depuis plus de deux mois pour des travaux d’urgence. Le dernier pilier repose sur la diversification et le rayonnement de l’aéroville qui constituera le centre economico culturel. « D’autre part, nous verrons se développer une zone logistique qui fera de Dakar une plateforme d’import export. La ville aéroportuaire sera également ouverte aux investisseurs de la diaspora avec des partenariats publics privés ceci en collaboration avec l’Aspt. D’ailleurs une mouture du projet a été présentée récemment aux investisseurs et les Sénégalais à s’intéresser à ces opportunités », a-t-il assuré.

Assane SEYE-Senegal7

laissez un commentaire