L'Actualité en Temps Réel

Tentative d’assassinat de Salman Rushdie : «C’est un cauchemar qui se réalise»

Salman Rushdie a été poignardé vendredi 12 août aux États-Unis. L’auteur des Versets sataniques, cible depuis plus de trente ans d’une fatwa de l’Iran, a été placé sous respirateur. Christian Salmon, écrivain français, est un proche de Salman Rushdie. Ensemble en 1993, ils ont créé Le Parlement des écrivains, une organisation internationale défense des écrivains aujourd’hui dissoute. Il témoigne pour RFI quelques heures après le drame.

Christian Salmon : On n’en sait pas plus que ce qu’a communiqué son agent Wylie, c’est-à-dire qu’il risque de perdre un œil, il est sous assistance respiratoire, son foie est atteint, donc il est grièvement blessé. Je crois comprendre -d’après ce que je lis- que sa survie n’est pas menacée, c’est énorme.

Cet attentat, cette agression au couteau, m’a rappelé une scène que nous avons vécue ensemble avec Salman, nous étions côte à côte dans l’opéra de Strasbourg pour une grande réunion du Parlement des écrivains, le GIGN avait envahi l’opéra, était partout pour sa protection.

Et nous avions diffusé un message de Naguib Mahfouz qui était lui-même à l’hôpital à cette époque-là, après une agression dans la rue au couteau où il avait été atteint à la gorge (en 1994 NDLR), exactement comme Salman Rushdie.

Je me souviens de cette voix qu’il avait envoyée par enregistrement, qu’on avait diffusée, cette voix éraillée, blessée, déchirée par le couteau, elle avait plongé toute l’assistance, et nous tous à la tribune, dans une sidération. Parce qu’au fond, ce n’est pas seulement un attentat contre une personne privée, c’est la voix de l’écrivain qui est agressée, qui est menacée, qui est déchirée.(…).

RFI avec Senegal7