L'Actualité en Temps Réel

Une 14e Législature de compromis. (Par Abdoulaye Seck)

Pour une première dans l’histoire politique du Senegal, un parti au pouvoir se retrouve sans majorité absolue à l’assemblée nationale. Les résultats du 31 Juillet 2022 ont confirmé la percée réelle d’une certaine opposition six mois après les municipales.

La réussite du mandat de cette XIVème législature (hors transhumance )passera par la mise en pratique de la THÉORIE NÉO-INSTITUTIONNELLE. Cette dernière est l’étude des différentes pressions institutionnelles ( pouvoir & opposition) sur les acteurs institutionnels ( BBY & WALLU-YEWWI-BOKK GIS GIS-SERVITEURS-AAR) ainsi que de leurs réponses institutionnelles ( acquiescement, compromis, évitement, défiance et manipulation) dans le but d’asseoir une légitimité institutionnelle ( acceptation des lois).

Avec notre cas d’école, on constate que les différents acteurs institutionnels devront opter pour le COMPROMIS afin de faire passer un projet ou une proposition de loi. Selon toujours la théorie, ce compromis peut être matérialisé par une NÉGOCIATION entre acteurs institutionnels. Donc, sauf changement du schéma actuel, le COMPROMIS devra être le leitmotiv de cette législature.

Somme toute, il apparaît que l’opposition sort vainqueur de ces élections législatives sachant qu’à pareille époque en 2017 les dés étaient déjà jetés. D’ailleurs, en lisant ces résultats de 2017 à travers cette théorie, BBY était dans la DOMINATION ( composante de la réponse stratégique MANIPULATION) pour faire passer ses projets.

À vos discussions, mesdames et messieurs, pour l’intérêt supérieur de la nation!

Par Abdoulaye Seck