Accueil Actualités Vidéo – Solutions: Quand Ousmane Sonko énonçait les grandes lignes de son...

Vidéo – Solutions: Quand Ousmane Sonko énonçait les grandes lignes de son modèle de développement

Il a été la révélation lors de l’élection présidentielle de 2019 au Sénégal. Ousmane Sonko avait vite gagné en notoriété après sa radiation de la fonction publique et disposait (et dispose toujours d’ailleurs) d’un capital sympathie auprès de la jeunesse sénégalaise qui l’a massivement soutenu lors de l’élection présidentielle dont il sortira en 3e position derrière Macky Sall et Idrissa Seck. Retour sur le programme du candidat auquel beaucoup de sénégalais d’ici et de la diaspora avait adhéré.

Contrats et Pétrole

Ousmane Sonko a été l’une des premières personnes à faire des révélations autour des dessous des contrats pétroliers. Pour lui, ces contrats sont très défavorables et pourraient apporter plus de 800 milliards de Fcfa.

« Les contrats signés par l’État sont tous défavorables aux Sénégalais. On ne peut pas accepter que des personnes vendent les intérêts des Sénégalais au profit d’autres personnes. Si nous renégocions ces contrats, nous pourrions gagner plus de 800 milliards de fcfa, lançait Sonko.

Des février 2019, s’il était élu, Sonko promettait de renégocier tous les contrats pétroliers signés jusqu’alors par l’État du Sénégal.

De la nécessité de baisser le train de vie du gouvernement

« Les pouvoirs alloués au Président de la République sont énormes dans ce pays ». Ce sont les mots prononcés par Ousmane Sonko pour annoncer, dans son programme, la suppression de certains pouvoirs du président de la République et des fonds politiques. En même temps, il propose aussi la création de forts contre-pouvoirs.

« Il faut que l’on diminue les pouvoirs du président de la République. Il faut des contre pouvoirs solides », disait Ousmane Sonko lors de la publication de son livre programme « Solutions« .

L’homme politique promettait également la suppression des fonds politiques. « Il faut éliminer les fonds politiques parce que ce sont des fonds de corruption politique. C’est insensé de donner 8 milliards à une personne pour ses dépenses politiques », soutenait-il.

La problématique du Fcfa

Ousmane Sonko, leader de Pastef, lors de la publication de son livre-programme pour la présidentielle de 2019, évoquait les questions brûlantes autour du Fcfa. Pour lui, il nous (sénégalais) faut notre propre monnaie. Sonko ne s’arrêtait pas là et défie même la France.

« Je ne suis pas contre la France, mais je suis pour l’intérêt des sénégalais. Si elle (la France) ne prend pas en compte notre intérêt, il y aura une génération pour la dégager », affirmait Ousmane Sonko.

Dans la foulée, il prône une sortie du Fcfa pour prendre en main notre monnaie et notre économie. « Nos élites politiques sont incompétentes. On est tous d’accord que le Fcfa nous donne une stabilité. Mais cette stabilité, c’est nous même qui la finançons. Chaque année, nous perdons plus de 25 mille milliards. Il faut que l’on sorte du Fcfa pour gérer nous-mêmes notre monnaie et notre économie », assure Sonko.

Un pays stable, religieusement

Soupçonné par certains d’être financé par des extrémistes, Sonko a répondu à d’autres questions liées à sa religion. Le journaliste Cheikh Yerim Seck est revenu sur sa situation, lui rappelant ses deux femmes qui respecteraient strictement les préceptes de l’Islam.

« Êtes vous Ibadou ou pas? », termine le journaliste. Moment choisi par le leader de Pastef pour dénoncer certains clichés au Sénégal. « Je suis le seul candidat à qui on demande son appartenance religieuse. Je pense même que cette question prouve un certain nombre de clichés à une partie de la population (les Ibadous) »; soutient-il.

Pour Sonko, l’appartenance religieuse n’a pas sa place au Sénégal, rappelant la règne de Léopold Sedar Senghor, qui était chrétien, mais aidé et épaulé par les guides religieux au Sénégal. Un exemple qu’il il veux suivre ».

Regardez !

A.K.C – Senegal7 

10 Commentaires

  1. […] Ousmane Sonko se veut clair. « Je ne demande d’autorisation à personne et personne ne parle en mon nom », a-t-il martelé. Selon le président du parti Pastef, « vu la situation actuelle du pays, il est indécent de prétendre allouer 2 milliards à un chef de l’opposition. La preuve, ma démarche n’est pas la même que celle de beaucoup d’opposants », a-t-il signalé. […]

  2. […] Ousmane Sonko se veut clair. « Je ne demande d’autorisation à personne et personne ne parle en mon nom », a-t-il martelé. Selon le président du parti Pastef, « vu la situation actuelle du pays, il est indécent de prétendre allouer 2 milliards à un chef de l’opposition. La preuve, ma démarche n’est pas la même que celle de beaucoup d’opposants », a-t-il signalé. […]

  3. […] Ousmane Sonko se veut clair. « Je ne demande d’autorisation à personne et personne ne parle en mon nom », a-t-il martelé. Selon le président du parti Pastef, « vu la situation actuelle du pays, il est indécent de prétendre allouer 2 milliards à un chef de l’opposition. La preuve, ma démarche n’est pas la même que celle de beaucoup d’opposants », a-t-il signalé. […]

  4. […] Ousmane Sonko se veut clair. « Je ne demande d’autorisation à personne et personne ne parle en mon nom », a-t-il martelé. Selon le président du parti Pastef, « vu la situation actuelle du pays, il est indécent de prétendre allouer 2 milliards à un chef de l’opposition. La preuve, ma démarche n’est pas la même que celle de beaucoup d’opposants », a-t-il signalé. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici