Accueil Actualités Voile religieux sur fond de voile rejeté : Le Sénégal se voile-t-il...

Voile religieux sur fond de voile rejeté : Le Sénégal se voile-t-il la face ?

70059008 384768988876364 5441359264905953280 N

Le Sénégal réputé terre de Teranga est aussi une terre religieuse où Musulmans et Chrétiens entretiennent une coexistence pacifique depuis des lustres. Mais depuis que l’Institution Sainte Jeanne d’Arc a procédé à l’interdiction du voile à une vingtaine d’élèves de religion musulmane, la polémique enfle de jour en jour .L’Institution persiste et signe devant des parents d’élèves soucieux de la scolarité de leurs filles. Et comme si cela ne suffisait pas, une querelle de préséance religieuse s’est encore invitée dans le débat national entre le Professeur Iba Der Thiam et Docteur Ahmeth Khalifa Niasse. Pour ce faire, le Sénégal se voile-t-il la face religieuse ?
Dans tous les pays du monde, la fibre religieuse procède d’une sensibilité singulière. Et le Sénégal ne saurait échapper à cette adversité. A 95 pour cent de musulmans, le pays de la teranga n’a jamais failli au syncrétisme religieux qui fait que musulmans tout comme chrétiens vivent dans un commun vouloir de vie commune sans anicroches ni arrière-pensée. Mais depuis un certain temps, l’Institution Sainte Jeanne d’Arc semble poser une braise ardente sur ce syncrétisme religieux que le monde envie à notre pays. A la clef, une sombre affaire de règlement intérieur qui exclut de facto 22 élèves de l’établissement à qui on interdit le port du voile musulman. Du coup, les querelles de clocher et les prise de parties fusent de partout. Mais sur fond de dualité religieuse, musulmans tout comme catholiques se sentent lésés dans leur égo devant un Etat qui opte insidieusement pour la prudence. Mais une prudence injustifiée que la charte fondamentale aurait pu sauver d’un naufrage. Les Sénégalais se retrouvent divisés par cette sombre affaire. Mais delà, quand le Khalife général des Tidianes demandent à ce que l’Institution Sainte Jeanne d’Arc soit fermée, cela signifie que l’affaire s’envenime de plus belle. Tandis que cette polémique ne s’est pas encore estompée, une autre affaire religieuse est venue s’y greffer. L’ouvrage retraçant l’histoire générale du Sénégal dont la rédaction est dirigée par le Professeur Iba Der Thiam va faire l’objet de polémiques sur une querelle de préséance. Ainsi, sur l’appartenance d’El Hadji Abdoulaye Niass le Grand à l’Ecole d’El Hadji Malick Sy, Ahmeth Khalifa Niass a vertement attaqué le Professeur Iba Der Thiam l’enjoignant même de se taire s’il ne connait rien de l’histoire. Mais comme ce dernier n’a pas voulu se laisser faire,il apporta une réplique assez pointue en ces termes : « Dire que telle ou telle personne appartient à l’école de tel autre signifie simplement qu’ils partageaient la même vision de l’Islam à travers leur commune appartenance à la Tidjaniyya. On peut être de la même école de pensée que quelqu’un, sans avoir été son élève »,précise-t-il. Ainsi, face à cette querelle de préséance qui vient s’ajouter à l’exclusion d’élèves voilées à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc,il urge à tous les Sénégalais d’obédience confondue de procéder à un examen de conscience autour du syncrétisme religieux qui a toujours fait de notre pays un havre de paix et de concorde religieuse. Car, si l’on ne prend pas garde à cette « furie » aux motivations inavouées, notre pays risque de se voiler la face religieuse. Diantre !
Assane SEYE-Senegal7