L'Actualité en Temps Réel

Journée sans maternité à Louga : L’hypothétique mesure des travailleurs de la santé !

Les agents de santé de l’hôpital régional Amadou Sahir Mbaye de Louga, réunis autour de l’Intersyndicale des travailleurs, se sont radicalisés après le placement sous mandat de dépôt de quatre sages-femmes et Cie , citées dans l’affaire Astou Sokhna. Ces derniers, en marge d’un sit-in, ont annoncé la fermeture de tous les services de maternité de la région de Louga même s’ils comptent satisfaire les urgences. Se disant perdus et trahis, ces agents de santé veulent ainsi protester contre le traitement réservé à quatre de leurs collègues, inculpées de « non-assistance à personne en danger » par le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Louga. Ce pourquoi la justice poursuit leurs collègues, ils surfent sur le même registre, les chiens aboient et la caravane passe.

Des femmes sur le point d’accoucher chassées

Les sages-femmes sont sur le pied de guerre après avoir été accusées de négligence dans l’exercice de leur travail. Les femmes enceintes qui se sont rendues dans les 21 maternités que compte la région de Louga pour leurs visites prénatales ont été chassées manu militari de la maternité par le personnel soignant. Toutes les maternités ont été fermées pour protester contre l’arrestation des quatre sages-femmes pour non assistance à une personne en danger. Les agents de santé n’ont pas digéré l’emprisonnement de leurs collègues. Ils ont sommé les patientes de se rendre dans les cliniques privées pour se faire consulter. Et si ces dernières n’ont pas les moyens de faire suivre dans ses structures privées ,elles risquent d’en pâtir ou même de subir le décès d’Astou Sokhna. Dans quel pays sommes-nous !

Les femmes en état de grossesse évacuées à Saint-Louis

Cette décision prise par les agents sanitaires réunis autour de l’Intersyndicale des travailleurs de la santé, commence à se faire sentir du côté des femmes en travail, après que leur grossesse est arrivée à terme, constate L’Observateur. Déclarées « persona non grata » dans les différents services de maternité des structures sanitaires (du public) de la région, qui ont décidé de fermer leur porte, elles sont maintenant évacuées à Saint-Louis. Les évacuations ont commencé d’ailleurs mardi dernier, tard dans la soirée, après qu’un groupe d’agents de santé, fraichement revenus du tribunal, ont chassé toutes les femmes en travail, internées à la maternité de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye. Cette nuit-là, trois ambulances ont été mobilisées pour l’évacuation vers la capitale du Nord. Celles qui ont les moyens se rabattent dans les cliniques privées, qui ont commencé déjà à refuser du monde.

La responsabilité de l’État totalement engagée

La situation qui prévaut à l’hôpital régional de Louga est gravissime. L’attitude des agents de santé montre à suffisance un manque de professionnalisme qui prévaut au sein de beaucoup de nos hôpitaux. Lors de la réunion du conseil des ministres, ce mercredi, le président de la République a abordé la question liée aux impératifs de modernisation du système de santé. le Président Sall a indiqué que la pandémie de Covid 19 a révélé la résilience de notre système sanitaire, mais également, l’urgence d’accélérer les réformes en vue de la professionnalisation des personnels et de la transformation de la gestion des structures sanitaires.

Ces deux aspects sont plus que nécessaires pour sauver le secteur de la santé. Aussi, la formation des agents à la base devrait être érigée en priorité du seul fait qu’aujourd’hui, beaucoup sont les agents de santé qui manquent d’humanisme à l’endroit des patients. Pourtant, le droit à la santé est un droit fondamental.

Pourtant, l’arrogance que l’on colle aux agents de santé n’est par corporative mais plutôt sénégalaise. Allez dans les commissariats de Police où dans des bureaux de l’Administration, on vous crie dessus rien que pour vous demander ce que vous foutez-là ! Alors que sous d’autres cieux, on vous accueille de façon très professionnelle mais aussi humaine. Il est vrai que l’Etat a failli à sa mission de requinquer le secteur de la santé mais aussi, les travailleurs de ce secteur névralgiques n’hésitent pas à sacrifier des vies humaines pour des raisons qu’ils sont seuls à connaitre. Quant au ministère de la Santé, il faut que l’on cesse de le politiser car la question liée à la santé de nos compatriotes est sacrée et inamovible !

Par respect à la vie humaine, le ministre de la santé devrait démissionner

Avec tout ce qui est en train de se passer dans le secteur de la santé, dans un pays normal où le droit à la santé est sacrément respecté, où les autorités publiques accordent une importance particulière au bien-être de leurs compatriotes, le ministre de la santé et de l’action sociale aurait dû rendre sa démission. D’autant plus que beaucoup de spécialistes du secteur de la santé témoignent que l’actuel ministre, Abdoulaye Diouf Sarr, pourtant en charge de la santé des citoyens sénégalais, n’y connait décidément rien. Voilà le danger de confier un secteur aussi stratégique que la santé à un politicien qui ne se préoccupe que de ses intérêts purement personnels et de son parti, de sa base, de ses militants…

A.K.C – Senegal7