Accueil Faits Divers Un rappeur survit à quatre balles

Un rappeur survit à quatre balles

À peine remis de la violente attaque dans laquelle il a failli perdre la vie, le rappeur originaire du quartier Saint-Michel, à Montréal, annonce son retour imminent à ses fans comme à ses ennemis.

Le rappeur montréalais Izzy-S a bien cru qu’il vivait ses derniers instants lorsqu’il a reçu quatre balles dans le corps samedi. Quelques jours plus tard, il dit ne pas savoir qui peut vouloir sa peau.

«Je ne sais pas pourquoi on m’a visé», affirme l’homme de 20 ans, avant d’ajouter: «C’est la vie, on a tous des ennemis.»

Ironiquement, le jeune rappeur a vu ses paroles devenir réalité. En effet, dans ses vidéoclips vus jusqu’à 400 000 fois sur internet, il chante des histoires de coups de feu et de meurtres.

Pendant un défilé

Samedi, pendant qu’ils assistaient à un défilé de mode au centre-ville, Izzy-S et son frère Bubble ont été visés par une série de coups de feu. Les deux hommes affirment n’avoir rien vu.

«Il faisait noir et c’est allé très vite. J’ai simplement senti les balles me traverser par-derrière», précise Izzy-S.

La police de Montréal évoque une tentative de meurtre et indique qu’une enquête est en cours.

Opéré d’urgence après la fusillade, le rappeur est désormais dans un état stable.

Il récupère de ses blessures par balles au poumon, à l’épaule, à l’intestin et au foie.

Le jeune chanteur a accepté de recevoir le représentant du Journal dans sa chambre d’hôpital, entouré de sa famille.

Pour des raisons de sécurité, ses proches et lui ont souhaité qu’aucun de leurs noms ne soit publié, pas plus que celui de l’hôpital où Izzy-S est pris en charge.

Le jeune homme espère être rétabli le plus vite possible et veut continuer de faire de la musique.

«J’ai eu peur pour ma vie, mais je vais mieux maintenant. Je veux continuer le rap et je serais bientôt de retour. »

L’emblème d’un quartier

En attendant de retrouver leur artiste favori, les fans d’Izzy-S lui témoignent leur affection sur les réseaux sociaux.

Un message Instagram annonçant que l’artiste avait survécu à ses blessures a reçu plus d’un millier de like.

Un soutien qui ne surprend pas le chef de pupitre du site spécialisé en rap québécois hhqc.com, Samuel Daigle-Garneau.

«Izzy-S est l’un des rappeurs les plus en vue de la nouvelle génération. Il représente son quartier, Saint-Michel, où les jeunes ont une vraie culture hip-hop», explique-t-il.

Les parents du jeune artiste peuvent témoigner de cet engouement. Depuis samedi, et alors qu’ils se relaient au chevet de leur fils, ils ont reçu plusieurs centaines de messages de soutien.

«Cela nous aide beaucoup dans ces moments difficiles. Pour moi, cette histoire est un véritable cauchemar. Je ne souhaite ça à personne», affirme la mère d’Izzy-S.

 

Une publicité involontaire, mais efficace

Si l’attaque dont a été victime Izzy-S a bien failli lui coûter la vie, elle pourrait malgré lui lui rapporter beaucoup dans les mois à venir.

Car, aussi étonnant que cela puisse sembler, une blessure par balle peut parfois faire décoller la carrière d’un rappeur en lui donnant une certaine crédibilité.

Interrogé par Le Journal, le gérant d’Izzy-S se montre prudent sur le sujet.

«Izzy est quelqu’un de très respecté. Il bénéficiait déjà d’une grande crédibilité auprès du public, mais c’est sûr que cela va encore la renforcer, oui.»

Le rappeur le plus connu à avoir bénéficié de cet effet est sans doute 50 Cent.

Le New-Yorkais a fait des neuf balles qu’il a reçues dans le corps en 2000 un véritable argument «marketing».

Tirer des leçons

Pour le chef de pupitre du site spécialisé en rap québécois hhqc.com, Samuel Daigle-Garneau, Izzy-S pourrait en tirer les leçons et profiter malgré lui de cette attaque pour se faire un nom en particulier auprès du grand public.

«Lorsque l’on a évoqué l’attaque sur notre site, on a reçu énormément de réactions positives envers Izzy-S. Cela ne lui apportera peut-être pas énormément de nouveaux fans, mais [cela] permettra sans doute à certaines personnes de le découvrir.»

Pour Samuel Daigle-Garneau, les balles reçues par Izzy-S permettent surtout de confirmer l’authenticité de ses textes.

«Si tu écoutes ses chansons, tu comprends que son environnement est violent. Dans ce sens, cette attaque montre qu’il rappe ce qu’il vit.»

En effet, aujourd’hui, certaines des rimes enregistrées par Izzy-S, il y a quelques mois, semblent quasi prémonitoires.

On notera en particulier l’ironie cruelle du refrain de la chanson Faits Divers:

«On veut faire la une, on finit aux faits divers. Armes à feu et drogues, ça se passe été comme hiver.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici